casque de moto
Blog
25/03/2022

Cet article vous aidera à connaître les critères essentiels à observer lors de l’achat de votre casque de moto pour homme, afin de rouler en toute sécurité.

Connaissez-vous votre taille ?

Il vous semblerait absurde d’acheter un pantalon en taille 42 alors que vous faites du 38 ? La même logique s’applique à votre casque de moto : il est primordial de le choisir ni trop grand ni trop petit.

Pour connaître votre taille de casque, munissez-vous d’un mètre de couture. Placez-le environ 2 cm au-dessus de votre oreille afin de faire le tour de votre tête.

La taille du casque est ensuite souvent indiquée à l’arrière de celui-ci.

Vous pourrez par exemple lire : S (55-56 cm) ; M (57-58 cm) ou encore L (59-60 cm).

Certaines marques indiquent la taille sans la relier à une métrique. Il faudra dans ce cas se référer à la table de correspondance.

 

N’achetez jamais votre casque de moto sans l’essayer !

Cette fois, on peut dire qu’acheter un pantalon sans l’essayer n’est pas une chose complètement folle… Cela l’est en revanche pour un casque de moto ! Même si celui-ci est a priori de la bonne taille, il n’existe qu’un moyen pour vous assurer qu’il correspond parfaitement à votre morphologie.


Vous devez vous sentir bien avec votre casque, dès le départ. Un casque trop petit pourra provoquer rapidement des maux de tête. Un casque trop grand continuera de bouger même s’il est attaché. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit d’une question de sécurité. Un test simple à faire est de fermer la visière du casque puis de tourner la tête à droite à gauche. Si votre casque est à la bonne taille, celui-ci doit rester collé à vos joues.

Quelles normes et homologations ?

Pour rappel – sait-on jamais – le port du casque est obligatoire pour tout conducteur ou passager d’un deux-roues motorisé (art. R431-1 du Code de la route) ! Mais il faut également que ce dernier soit correctement homologué afin de répondre à des normes bien précises. En France, seules les normes françaises et européennes sont valables.

 

Pensez donc à vérifier que le casque qui vous intéresse est bel et bien pourvu d’une étiquette blanche attestant de sa certification. Celle-ci doit être cousue au niveau de la jugulaire et indiquer « ECE 22-05 ». Cela garantit qu’un ensemble de tests et de contrôles ont été réalisés (amortissement des chocs, système de retenue, résistance à l’abrasion, déformation à l’impact…).

 

En dehors de l’homologation, votre casque doit aussi disposer de 4 stickers rétroréfléchissants collés de façon symétrique : un devant, un derrière, un de chaque côté. Pour encore plus de visibilité et donc plus de sécurité, vous pouvez opter pour un éclairage arrière amovible.

 

Quelles caractéristiques privilégier pour allier sécurité et confort ?

Nous savons qu'il est facile de se laisser séduire par les nombreuses options qui accompagnent chaque casque. Plus d'argent ne signifie pas forcément plus de sécurité. Voici toutefois trois points sur lesquels porter également votre attention au moment de choisir votre casque de moto pour homme :

L'aérodynamisme

L'aérodynamisme est un facteur à prendre en compte pour atteindre des vitesses élevées. Moins un casque est aérodynamique, plus il offre de résistance à l'air et donc plus il bougera. Si vous avez une moto puissante, que vous parcourez de longs trajets ou que vous circulez sur des routes rapides, comme les autoroutes ou les routes à deux voies, vous risquez de souffrir d'une gêne au niveau du cou en raison de la sensation de recul de votre tête.

Le poids du casque

Il a été prouvé que les casques réduisent de 50 % l'incidence des traumatismes crâniens mortels, mais il faut savoir que plus le casque est lourd, plus l'impact en cas de choc contre le sol est important. Il existe aujourd'hui des matériaux qui allègent le poids du casque, comme la fibre de carbone, mais qui sont logiquement plus chers.

La ventilation

La ventilation permet de renouveler l'air à l'intérieur du casque et de garder la tête fraîche. C'est pourquoi les casques de moto intégraux, modulaires et tout-terrain intègrent souvent des systèmes de ventilation plus ou moins sophistiqués avec des entrées et des sorties d'air. Notons qu’une ventilation accrue peut entraîner une augmentation du bruit.